ECHANGISTES
 
Annee
Duree
Genres
Pays
Réalisateurs
Acteurs
Notes rédactions
Notes visiteurs
0 commentaire(s)
2007
1h18
Diana Lewus – Kina Beauchemin – Erwin Weche – Natasha M. Leroux – Sebastien Boivin – Eric Violette ...

LISTE DES CRITIQUES
Critiqué par Fear le 04/03/2008 Note :   Lire sa critique  
Critiqué par Fear
836 critique(s)
Voir toutes ses critiques
 
« Echangistes » est une oeuvre qui se voudrait sociologique et intelligente. Jamais à la hauteur de ses prétentions, elle tourne à vide en prenant un parti dès le départ. On voit ainsi les limites du propos de son réalisateur qui plonge dans les abysses du cinéma pédant ...
 
Mais que peut se cacher sous ce titre racoleur ? Et bien à la fin de son visionnage, on se demande un peu, tellement on fait face à un vent connu, celui de l'auteurisation médiocre d'un sujet aguicheur.

Bien entendu, il ne faut nullement jetter l'opprobe sur ce film pour son thème. Il s'ouvre sur un décret stipulant le caractère législatif de l'échangisme. Il semblerait que Boisvert souhaite réhabiliter ses maisons. En effet, il y aura – à l'exception des excès de quelques participants – une certaine condescendance . On les présente comme des lieux d'ouverture – corporelle et spirituelle – tout en incluant une dimension ludique. Une sort de tournez manège à portée de main.
Au passage, le réalisateur passe quelques messages personnels comme la dénonciation de ceux qui profitent du système avec leurs allocations – très classe, n'est ce pas – ou encore la différenciation de point de vue sur les différents jobs – les fonctionnaires ne foutent rien et il y a plein de glandeurs patentés dans ce pays. Des petites remarques tournées vers le social donc et qui ont tendance à irriter tant elles sont mal intercalées dans le récit.

Mais revenons à nos moutons. On a un descriptif couple par couple. Une sorte d'analyse fauchée des comportements relationnels.
On a tout d'abord les amoureux indépendants, chacun vivant dans son appartement. Ce sont eux qui vont amener les autres dans le club. Eux vivent assez bien ce partage – maître mot du couple et du réalisateur –. Bien que l'homme cherche à avoir une relation de couple véritable, il trouve un équilibre dans leurs choix, vivant intensément. Après une dispute, ils se réconcilient comme si de rien n'était. Cette vie hédoniste leur convient. C'est l'exemplarité même et ceux qui montrent le plus de stabilité.
Ensuite, les tourtereaux qui ont déjà fait leur nid. La monotonie et les problèmes sexuels se sont accumulés tandis qu'ils mènent une vie apparemment heureuse. La découverte de ces pratiques va mettre en exergue les frustations de la jeune femme et une certaine jalousie de l'homme. La morale est que chacun à des problèmes mais que cela ne peut pas être résolu par la tromperie ou quoi que ce soit de ce type – merci pour l'information -. Cela permet aussi de stigmatiser les ennuis de couple tout en déculpabilisant les coucheries extraconjugales.
« Heureusement » le dernier couple est là. L'homme fort et la femme timide et soumise – Quelle subtilité - forment un couple à la sexualité dissolue. Elle n'est pas très encline à essayer des choses tandis que lui à le plaisir du voyeur. La morale est qu'on ne doit pas forcer l'autre, que la sexualité doit être un accord. De superbes lieux communs qui montrent que chaque couple est différent et qu'il faut être bien en couple pour pratiquer l'échangisme, et non l'inverse. Cela semble même être un baromètre amoureux. Au lieu d'envoyer un SMS pour savoir la durée de votre relation, testez l'échangisme, cela à l'air fiable.
En outre, cela créé une atmosphère propice aux discussions chiantes au possible et ayant la consistance d'un blob. Car, faire de l'échangisme avec ses amis risque-t-il de changer nos relations? Evidence quand tu nous tiens.

Pronant l'ouverture des esprits, le non-jugement, il frôle le prosélytisme libertin – sans aucun talent - tout en accumulant les clichés les plus vains. Pour ceux qui croiraient en des scènes quelques peu coquines, oubliez cela, l'auteur préfère nous gratifier de longues tirades qui tournent en rond. On notera leurs belles mises en forme mais leur intérêt est tout à fait limité si on ne s'arrête pas à la superficialité de ces palabres.
Remettre en cause la standardisation des existences semblait une bonne idée. Cependant, placé entre de mauvaises mains, cela devient une arme de déconstruction massive.

On se trouve donc face à un flagrant manque de réflexion. Seuls les moins exigeants trouveront leur bonheur dans ce sondage du couple moderne. Sous couvert d'une dénonciation – celle de la mauvaise opinion sur des pratiques personnelles et la normalisation -, Boisvert analyse le couple comme un plein égoïsme. Par ce biais, l'échangisme apparaît une bonne solution pour partager avec l'autre. Une fable qui tourne au prosélytisme lorsqu'il s'égare dans des pensées dénuées de construction.
Les échangistes y verront surtout une très mauvaise promotion.
 Iken-eiga (2007) © tous droits réservés | ADMIN