FOUR SIDED TRIANGLE   -   Four sided triangle
 
Annee
Duree
Genres
Pays
Réalisateurs
Acteurs
Notes rédactions
Notes visiteurs
0 commentaire(s)
1953
1h21
Stephen Murray(Field) - Barbara Payton - James Hayter - John van Eyssen,- Percy Marmont(icule)

LISTE DES CRITIQUES
Critiqué par CAMIF le 02/10/2015 Note :   Lire sa critique  
Critiqué par CAMIF
195 critique(s)
Voir toutes ses critiques
 
Four sided triangle s'avère sympathique car il évoque déjà les dangers de vouloir jouer à Dieu en reproduisant à l’identique un être humain. Réflexions sur le clonage reprises avec immensément plus de consistance en 1958 dans « La mouche noire » et dans le remake Cronenbergien de 1986.
Le temps n’était probablement pas encore venu pour la Hammer et surtout pour Fisher de s’affranchir de la morale ambiante.
 
Le triangle à quatre côtés vous fera résoudre la quadrature du cercle.

la Hammer depuis 1951 mais bien avant de devenir le maître de l’horreur gothique, Terence Fisher tourne une poignée de polars et deux films de science-fiction dont celui-ci.
Bien moins ennuyeux que « Spaceways » réalisé la même année, le métrage tourne également autour d’une histoire d’amour. Moins mielleuse, mais tout de même assez convenue dans son déroulement et surtout dans une conclusion qui sauve la face de la respectabilité et qui aurait pu quelques années plus tard être beaucoup plus cruelle et donc efficace.
L’aspect science-fiction est également un peu plus poussé, mais reste à la lisière du genre, ce qui n'est pas le cas du roman éponyme de William Temple (qui n'est pas non plus une merveille, le livre, pas Temple !) dont est tiré le film et qui pour la petite histoire créa avec Arthur C. Clarke ( Le « papa », entre autres, de 2001 l'odyssée de l'espace) la Société Britannique Interplanétaire, éditrice d'un journal de prospective scientifique autour du voyage spatiale, de l'utilisation de l'atome et même de la question quantique du temps,

Le peu de moyens (visibles) nous donne à voir un pauvre laboratoire fait de bric et de broc construit au fond d’une sorte de grange. Pas vraiment embêtant mais diablement en dessous de ce que l’on pourra voir quatre ou cinq années plus tard dans la reconstitution du labo du Dr Frankenstein.

D'ailleurs, en parlant du sympathique docteur, on notera tout de même que quatre ans avant de réinventer le mythe avec « Frankenstein s'est échappé »(1957) et ses suites, le père Fisher s'intéresse déjà à un savant capable de créer la vie. Sauf qu'ici le docteur le fait par empathie et amour, alors que le Dr Frankenstein ne le fit que par pur ambition et que l'amour il s'en battait le coquillard relativement velu. Sans compter que dupliquer un corps en parfait état, c'est bien moins glamour que de créer la même chose avec des morceaux de cadavres... il est vrai.

On notera, enfin, que ce métrage reste d'une moralité sans faille, pusiqu'il s'intéresse avant tout aux conséquences morales d'un tel acte et se termine sur une citation quasi biblique ( tant qu'à y être) disant à peu près ceci : «  Vous pouvez avoir la joie ou la puissance, vous ne pouvez avoir les deux ! » ( Evangile selon Saint Maclou 12.13).

Four sided triangle s'avère donc sympathique car il évoque déjà les dangers de vouloir jouer à Dieu en reproduisant à l’identique un être humain. Réflexions sur le clonage reprises avec immensément plus de consistance en 1958 dans « La mouche noire » et dans le remake Cronenbergien de 1986.
Le temps n’était probablement pas encore venu pour la Hammer et surtout pour Fisher de s’affranchir de la morale ambiante.

Au rayon anecdote et dès fois que cela intéresse quelqu'un, on notera dans la distribution le nom d'un certain John Van Eyssen ( qui fût le compagnon d'Ingrid Bergmann, heureux homme !) que l'on retrouvera dans d'autres productions de la Hammer tels que l'excellent “La marque”(Quatermass II) en 1957 et surtout “Le cauchemar de Dracula” en 1958 du même Terence Fisher, où il joue le rôle de Jonhatan Harker.

On ne joue pas impunément à Dieu, même par amour, semble nous dire le bureau de la censure anglaise avertissant au tout début du film que celui-ci ne devrait être vu que par des adultes. Comme quoi les temps ont bien changé !
,
Sorti en DVD zone 1 chez Anchor Bay, langue anglaise seulement.
 Iken-eiga (2007) © tous droits réservés | ADMIN